LA CHIMERA

  • vendredi 7 juin 2019, à 20 h 30    
  • À Pithiviers (Eglise Saint Salomon Saint Grégoire)
  • Avec :
    Eduardo Egüez : Direction artistique
    Bárbara Kusa : Soprano
    Mariana Rewerski : Mezzo-soprano
    Luis Rigou : Flûtes andines
  • Réserver pour ce concert
  • Tarif A (25€, 12€ ou 6€)
    Consulter le détail des tarifs

Sur le Web

Découvrez le site internet de La Chimera
 
Carte Google Maps pour visualiser le lieu du concert
Fondée sous la forme d’un consort de violes par Sabina Colonna Preti en 2001, La Chimera prend son visage actuel avec l’arrivée du théorbiste Eduardo Egüez qui endosse la direction artistique de l’ensemble. Avec des effectifs éminemmentvariables au gré des programmes, La Chimera intègre alors des sonorités nouvelles et oriente son répertoire vers de passionnants métissages aussi bien géographiques que chronologiques : le premier projet de ce type, Buenos Aires Madrigal, symbolise brillamment cette approche, réalisant la fusion admirable de madrigaux italiens du XVIIe siècle et des tangos argentins.
 
Tonos y Tonadas, plus tard, met en miroir le baroque espagnol et le folklore latino-américain, alors qu’Odisea Negra nous mène sur les traces des esclaves emmenés de force de l’Afrique occidentale jusqu’aux Caraïbes. La Voce di Orfeo illustre de son côté le versant « savant » du répertoire de La Chimera, ressuscitant la figure légendaire du ténor Francesco Rasi, créateur de l’Orfeo monteverdien en 1607. Le dernier projet de La Chimera, Misa Criolla, Misa de Indios, programme autour de la célèbre Misa Criolla du compositeur argentin Ariel Ramirez accompagnée de superbes oeuvres du baroque colonial sud-américain, a connu un succès impressionnant partout en France et en Europe, suscitant l’enthousiasme de la critique et du public, avec plus de soixante-dix de concerts donnés en 4 ans devant plus de 20 000 spectateurs, et près de 10 000 disques vendus.
 
Sans surprise, l’originalité de ces projets et leur réalisation musicale irréprochable ont valu à La Chimera de se produire dans des lieux aussi prestigieux que l’Auditorium Olivier Messiaen de Radio France, la Salle Gaveau et le Théâtre de la Ville à Paris, l’Arsenal à Metz, la salle Flagey à Bruxelles, le Palacio Euskalduna à Bilbao, le Teatro Ponchielli à Crémone, mais aussi le Concertgebouw de Bruges, le Muziekgebouw d’Eindhoven, les Scènes Nationales de Brest, Narbonne, Albi, Cherbourg, Odyssud à Blagnac, l’Arsenal de Metz, les Festivals de la Chaise Dieu, de la Vézère, de Lourdes, entre autres.
 
GRACIAS A LA VIDA
De l’Atlantique au Pacifique…
L’Amérique est un vaste territoire hétérogène, abondant et fertile. Il a été, et continue d'être, un lieu de rencontre de cultures millénaires, qu’elles soient asiatiques, européennes, africaines ou locales, qui ont donné à ce continent une diversité, une variété, une pluralité.
L’Amérique est un territoire aux multiples langues, qu’elles soient natives, latines ou anglo-saxonnes.
Son horizon est incommensurable, son histoire mystique et mystérieuse. Chaque peuple a une identité, une origine, un destin. Tout y est différent, varié et opposé.
Cependant, parmi tant de diversité, une particularité la définit et unifie, en la distinguant des autres continents sur Terre : sa musique.
 
La présence massive de l'empire espagnol et portugais dans ce que l’on connaît aujourd’hui comme l'Amérique latine, tout comme le commerce d'esclaves africains et la typologie tribale des aborigènes qui habitaient le territoire ont imprimé une unité musicale, du Mexique jusqu'à l'actuelle Patagonie argentine et chilienne.
Le folklore de toute cette vaste région est né, s'est installé et s'est étendu d'une manière uniforme en créant des rythmes et les formes qui, bien qu'ils puissent présenter des différences, appartiennent au même creuset musical. Aujourd'hui la grande Amérique a une identité musicale définie, formée par beaucoup de genres variés, mais qui sont perçus comme nuances de la même langue. Sa musique se produit et s'écoute dans tout le continent.
 
La Chimera se concentre cette fois sur une région emblématique, témoignage de ce qui vient d’être énoncé plus haut, composée originairement par des territoires Guaranis et Incas, plus tard dominée par les Jésuites, pour arriver à nos jours avec les noms de Paraguay, de Bolivie, de Pérou, de Chili et d’Argentine.
 
"Gracias a la vida", qui prend le nom de la célèbre chanson de la compositrice chilienne Violeta Parra, est un hommage à la musique de ces peuples, à travers un "folklore imaginaire" qui parcourt et visite les époques musicales distinctes de la région.
Eduardo Egüez

Au programme

GRACIAS A LA VIDA
DU BAROQUE DES MISSIONS JESUITES AU FOLKLORE SUD-AMERICAIN
  • Cinco siglos igual - León Gieco
  • Ara Vale Hava - Anonyme
  • Ay del alma mia - Andrés Flores
  • Qué hermoso Sueño soñé - Peteco Carabajal
  • Ay Linda amiga - Anonyme, XVIe siècle
  • Vientito de Achala - José Luis Aguirre
  • El Seclanteño - Ariel Petrocelli
  • La Colorada - Atahualpa Yupanqui
  • Quiero ser luz - Daniel Reguera
  • El Cóndor pasa - Daniel Alomía Robles, Jorge Milcherg
  • Viajero por la Tierra - Anonyme (sélection de 4 huaynos andins)
  • Sélection de “Coplas Andinas” - Anonyme
  • Alfonsina y el mar - Ariel Ramírez
  • El Verso – Indios Moxos - Anonyme
  • Gracias a la vida - Violeta Parra
.............................................................................................................................................................................................................
AVANT LE CONCERT
18h00 à 19h00 : visite guidée
Visite d’une heure à la découverte des vestiges du Pithiviers médiéval, organisée avec l’Office de tourisme du Grand Pithiverais.
Rendez-vous devant l’Église Saint-Salomon et Saint-Grégoire.
Visite accessible sur présentation d’un billet pour le concert du jour, dans la limite des places disponibles.