EMMANUELLE BERTRAND & PASCAL AMOYEL

Sur le Web

Découvrir le site internet
d'Emmanuelle Bertrand

Découvrir le site internet
de Pascal Amoyel

Découvrir la page
sur Claude-Henry Joubert

« Le violoncelle français a sa muse, elle s’appelle Emmanuelle Bertrand » - Diapason, décembre 2015.

De son propre aveu, Emmanuelle Bertrand n’est pas de ces bêtes à concours qui se grisent de la course aux prix internationaux. Et pourtant… Diplômée des Conservatoires Supérieurs de Lyon et Paris, lauréate du Concours International Rostropovitch, Premiers Prix du Concours de Musique de Chambre du Japon et de l’Académie Internationale Maurice Ravel, Révélation Classique de l’Adami, Grand prix de la Critique… C’est une Victoire de la Musique qui la révèle au grand public en 2002 et depuis, chacun de ses enregistrements est salué comme un événement par la presse nationale et internationale qui lui décerne les plus grandes distinctions : Diapason d’Or de l’année, Choc de Classica, Gramophnone Music Award, Cannes Classical Award, Preis der deutschen Schallplattenkritik…
Personnalité rayonnante et généreuse, Emmanuelle Bertrand se distingue par sa capacité à rendre accessible et faire partager au plus grand nombre des choix de répertoire audacieux et une
curiosité insatiable. Elle suscite et crée des oeuvres dont elle est dédicataire (Bernard Cavanna, Thierry Escaich, Pascal Amoyel, Nicolas Bacri, Edith Canat de Chizy…). Elle se consacre aussi à l’écriture et à la création de spectacles tels que Le Block 15 (mis en scène par Jean Piat) qui raconte l’histoire vraie de musiciens dont la vie fut sauvée par la musique durant la seconde guerre mondiale, ou plus récemment le Violoncelle de guerre en hommage à Maurice Maréchal et à son violoncelle de fortune fabriqué dans les tranchées de la première guerre mondiale. Ces deux programmes ont fait l’objet d’adaptions pour France Télévisions.
Dès 1999, le compositeur Henri Dutilleux décelait chez elle un talent à part, n’hésitant pas à la considérer comme une « véritable révélation ». Depuis, on peut lire à son propos :
« Emmanuelle Bertrand sait faire entendre (c’est si rare !) une voix qui n’appartient qu’à elle, comme chargée d’un supplément d’âme et d’amour… » La Terrasse
« On ne sait quoi admirer le plus : la virtuosité continue ou la vibrante élévation du discours, la souveraine aisance de la ligne ou l’incroyable palette sonore » La Croix
« Emmanuelle Bertrand est une musicienne éperdue, cultivant l’exigence et ruminant ses mystères. Elle sait oublier ce qu’il faut de technique pour laisser s’envoler l’esprit. » Télérama
« Elle est capable de vous faire chanter une corde à linge comme un rossignol ! Une main légère, précise, volubile, et d’une fermeté imperturbable. » La Montagne
En tant que soliste, on a pu l’entendre avec l’Orchestre Symphonique de Lucerne, l’Orchestre Symphonique du Grand Montréal, l’Orchestre National d’Ukraine, l’Orchestre
Symphonique d’Etat de Moscou, le BBC National Orchestra of Wales, l’Orchestre Symphonique de Busan (Corée), l’Orchestre Musica Vitae de Suède, l’Orchestre Symphonique de Québec,
l’Orchestre Symphonique de la RTV de Slovénie, l’Orchestre Symphonique de Wuhan (Chine), les Orchestres Nationaux de Lille, d’Ile de France, de Lorraine, les Orchestres
Philharmoniques de Strasbourg, de Monte Carlo…
Passionnée de musique de chambre, elle forme depuis 15 ans un duo avec le pianiste Pascal Amoyel avec lequel elle explore autant d’oeuvres inédites que de grand répertoire. Soucieuse de
participer à une forme de transmission à travers son art, mais aussi de repenser sans cesse la mission du musicien dans la société, Emmanuelle Bertrand consacre une partie de son temps à l’enseignement de la musique de chambre au Conservatoire National Supérieur de Paris et du violoncelle au Conservatoire de Gennevilliers ainsi que lors de masterclasses internationales.
Elue Artiste de l’Année 2011 par le magazine Diapason et les auditeurs de France Musique, elle est directrice artistique du Festival de Violoncelle de Beauvais et marraine de l’Estival de la
Bâtie dans la Loire. Elle est Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres.

Victoire de la Musique en 2005 dans la catégorie "Révélation Soliste Instrumental de l'année", Pascal Amoyel est récompensé en 2010 par un Grand Prix du Disque à Varsovie par la prestigieuse Société Chopin pour son intégrale des Nocturnes de Chopin aux côtés de Martha Argerich et de Nelson Freire, enregistrement qualifié de "miracle que l'on n'osait plus espérer, qu'on écoute bouche bée par tant de beauté" par la revue Classica. Son interprétation des Funérailles de Liszt a également été saluée comme l’une des références historiques, et ses Harmonies Poétiques et Religieuses de Liszt élues parmi les 5 meilleurs enregistrements de l'année 2007 par la chaîne Arte.
A 10 ans, lorsqu'il débute ses études de piano à l'Ecole Normale de Musique de Paris, il est vite remarqué par Georges Cziffra qu'il suit en France et en Hongrie. A 17 ans, après un baccalauréat scientifique, il décide de se consacrer entièrement à la musique. Il obtient une Licence de concert à l'Ecole Normale de Paris, les Premiers Prix de Piano et de Musique de chambre au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris, devient Lauréat des Fondations Menuhin et Cziffra, puis remporte le Premier Prix au Concours International des Jeunes Pianistes de Paris.
C'est le début d'une carrière internationale qui le conduit à se produire sur les plus grandes scènes : Philharmonie de Berlin, Muziekgebouw d’Amsterdam, Palais des Beaux-Arts de Bruxelles, Cité de la Musique et Salle Pleyel à Paris, Etats-Unis, Canada, Russie, Chine, Corée…
Ses enregistrements seul ou avec la violoncelliste Emmanuelle Bertrand ont obtenu les plus hautes récompenses: Gramophone, Cannes Classical Awards, ffff de Télérama, Diapason d’Or de l’année, «Choc» du monde de la Musique, 10 de Classica, Grand Prix annuel de la critique allemande…
Compositeur, Pascal Amoyel est Lauréat de la Fondation Banque Populaire. Il est notamment l’auteur du cycle Job, ou Dieu dans la tourmente et de Lettre à la femme aimée au sujet de la mort (sur des poèmes de Jean-Pierre Siméon).
Il s’investit aussi dans la création de nouvelles formes de concert: son spectacle Block 15, ou la musique en résistance (mise en scène Jean Piat) a obtenu un très vif succès et a fait l'objet d'une adaptation pour France Télévisions; il a créé également Le pianiste aux 50 doigts et Le jour où j’ai rencontré Franz Liszt (mises en scène Christian Fromont) qui ont été joués à guichet fermé au festival d’Avignon et durant plusieurs mois au Théâtre Le Ranelagh à Paris. Dernièrement il a créé le spectacle familial Une petite histoire de la grande musique.
Professeur de piano et d’improvisation au CRR de Rueil-Malmaison, il a créé le Juniors Festival dont les enfants sont les acteurs, y compris ceux porteurs de handicaps. Il dirige le festival Notes d’automne qu’il a créé, et est le commanditaire de plus d'une quarantaine de créations (avec Jean-Pierre Marielle, Barbara Hendricks, Natalie Dessay, Richard Bohringer…). Il est aussi conseiller artistique de l’Estival de la Bâtie d’Urfé.
Il est l'auteur de l'ouvrage Si la musique t’était contée (bleu nuit), et a produit une série d’émissions sur France Culture intitulées "Une histoire de la musique". Premier Grand Prix Arts-Deux Magots récompensant "un musicien aux qualités d'ouverture et de générosité", Prix Jean-Pierre Bloch de la Licra pour "le rapport aux droits de l’homme dans son oeuvre", il est le parrain de l’association APTE, qui dispense des cours de musique à des enfants autistes.
Il a été élevé aux grades de Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres, et de Chevalier dans l’Ordre des Palmes Académiques.

Au programme

Sergei Rachmaninoff, Prélude et Danse orientale opus 2
Alexandre Borodine, Sonate pour violoncelle et piano en si mineur
Dimitri Chostakovitch, Sonate pour violoncelle et piano opus 40

Après le concert
Un apéritif vous sera offert à la sortie du concert.
De 14 h 00 à 18 h 00 : visite libre du château de Sully-sur-Loire
Visite accessible sur présentation d’un billet pour le concert du jour.